Le Zérotième Degré

coécrit et mis en scène par Félix Lobo, c'est le deuxième one man show de Fabrice Colombero.

Il est assurément le comédien le plus fou que la Lorraine ait pondu les 2000 dernières années.

Il nous sert un spectacle irrésistible de drôlerie et de péripéties scéniques.
Un ressort en guise de colonne vertébrale, de la pâte à modeler à la place du visage et un cœur de gamin à la place du cerveau, il sketche, chante, joue et chante sans laisser une seule seconde de répit. L'addict au téléphone portable, le maître nageur modérément raffiné, le danseur étoile qui pollue un lac des cygnes, tous ses personnages sont totalement décalés et burlesques.

 

Plébiscité à la salle Braun de Metz devant plus de 700 spectacteurs en 4 représentations, Le Zérotième degré a fait l'ouverture du Tram à Maizière les Metz, Pichon à Nancy, Faulquemont,...

 

La presse en parle

Zérotième Degré

Le passé est le passé, et je ne reviendrai pas dessus.
Une Étoile est Nez en 2010 et j’espère juste que vous n’êtes pas passé à côté de cette information « essencielle » !!! (Je la tiens personnellement de Monsieur Éric Mie, son complice de l’époque).
Toujours est-il que je me propose de vous guider pour bien la situer en 2013.
Hé bien me direz-vous, il lui en a fallu du temps à celle-ci pour la trouver ! Que nenni, mais cette Étoile là est filante et il est bien difficile de la capturer.
Entre Pluton et la Grande Casserole, les soirs de pleine lune on la localise : sur le Zérotième Degré.
Prenez vos boussoles parce que vous allez vite perdre le nord, pied, la tête …Ah luette que je rigole …

Fabrice Colombero est un schizodoux-dingue.
Il est nez ainsi, avec le Syndrome de la Personnalité Multiple, et heureusement pour nous !!!
Tour à tour femme, homme, adjointe à la culture, chirurgien esthétique au doux accent teuton, maître nageur, super-héros, pompier, danseur-étoile (la revoilà encore ????), et je ne révèle pas tout, volontairement…
Ce type-la ne pneu-être fait que de caoutchouc ou de chewing-gum !!!
Cascadeur, il est comme son costume : sans doublure. Vous tremblerez pour lui.

Atterrir dans le Zérotième Degré c’est accepter d’entrer dans sa Galerie des Glaces, et ce serait bien Versailles s’il n’arrivait pas à vous épater… (Je soupçonne même Monsieur Félix Lobo
d’être son nouveau complice…)

Ce spectacle là, Mesdames, Messieurs, ce n’est pas de la poudre aux yeux ou une vague poussière d’astéroïde destinée à vous vendre le spectacle d’un artiste de plus.
Il n’y a pas d’entourloupe, pas de magie, pas de trucage.
D’ailleurs Fabrice Colombero, ne ressemble à personne puisqu’il est plusieurs à lui seul.
Quand je pense que je ne gagne rien à lui cirer les pompes, en ces temps de Crise, je me dis que je suis sans doute plus folle que lui…
Je me suis même laissée dire que circulait sur un réseau social, une page destinée à le motiver à rejouer ce spectacle là rapidement. Ses deux premières représentations, salle Braun à Metz les 22 et 23 mars 2013, se sont jouées à guichets fermés et nombreux sont celles et ceux se désolant de n’avoir pu y assister… Vous aussi ? Je laisse le lien alors ?
Il parait qu’il prend en considération toutes les remarques de son public… Touchant non ?

www.facebook.com/PourLeRetourDuZerotiemeDegreDeFabriceColombero

Je ne saurai dire la date de sa prochaine prestation et s’il acceptera de remonter sur scène…
Ce que je sais c’est, qu’après avoir vu son spectacle, avoir pleuré à m’en bloquer les zygomatiques tant et si bien que mes côtes s’en souviennent encore, tout comme les quelques centaines de spectateurs présents ce soir là, je me suis dit que 90 minutes de plaisir cela n’était pas suffisant !!!
J’ai donc allumé mon ordinateur en rentrant et je suis venue grossir le flot des manifestants réclamant « le Retour du Zérotième Degré ».

Si vous ne connaissez pas encore Fabrice Colombero, je vous invite à aller le découvrir dès que possible…
Dites lui que vous venez de ma part.
Quoi ? On ne sait jamais… Et si l’envie lui prenait de me payer un verre…
Une seule chose est certaine : vous ne regretterez pas votre soirée.

Partant du constat qu'il a un gros nez ( mais pas dénoué de charmes se rappelle-t-il à dire) et qu'on ne peut pas nier éternellement  le problème que l'on a devant les yeux, surtout lorsqu'il se trouve en plein milieu du visage, Fabrice Colombero tente de dompter ce complexe comme certains ont un complexe de taille, d'autre de poids ou d'autres un complexe hôtelier.

 

Axé sur son tempérament comique, qui rappelle les lazzis d’un Louis De Funès, les prouesses scéniques d’un Dany Boon et les cascades façon Bebel le premier one-man-show de Fabrice nous entraîne dans un monde burlesque où tous les hommes s'appellent Fabrice, où les candidats à la présidentielle veulent tout changer à L'Élysée , où les nouveau nés s'auto-accouchent, où l’alcool est le seul Dieu efficace, où la guitare qui vous démange... et où tout tourne autour de son nez qu’il a grand comme Cyrano! mais en mieux quand même!!!

 

 

Co-écrit et mis en scène par son ami chansonnier Éric MIE, avec lequel il travaille depuis 10 ans (Lobo et Mie, Les Lapins Noirs, spectacles enfants, etc.), le discours flirte parfois avec l’humour le plus noir mais toujours dans le seul et unique but de vous faire rire.

 

Photos Arno Paul

Plaquette à télécharger

fabrice-colombero-recto.pdf
Document Adobe Acrobat 211.6 KB
fabrice-colombero-interieur.pdf
Document Adobe Acrobat 190.3 KB

Contact one man show

colomberofab@wanadoo.fr

06 81 25 06 93